Mille & 1 tunisie : Arts & Culture Galeries & Expositions Taieb Ben Hadj Ahmed, le Gepetto de Sousse




Taieb Ben Hadj Ahmed, le Gepetto de Sousse

Envoyer Imprimer PDF
Pour les enfants de 4 à 77 ans
  • Précédent
  • 1 of 5
  • Suivant


Lieu unique en Tunisie (et ailleurs !), Dar Am Taieb est plus qu'un musée. C’est l’atelier d’un ramasseur des objets déchus qui les transforme en œuvres d’art.

Gomme de pneu, tuyauteries de cuivre, plastiques, compteurs à gaz, vélos, devenus femmes cavalières et danseuses, animaux et soldats, montres d'une vie épinglées comme des papillons, personnages rigolards, soleils entremêlés…
Rien ne nous avait préparés à un tel choc. Nous avions pourtant suivi les pancartes qui balisent la ville de Sousse : « Musée privé d'art moderne ». Mais arriver devant Dar Am Taieb provoque déjà une secousse. Ici, pas de musée de verre ou belle demeure, ici se dresse un bâtiment à la Gaudi, éclatent des couleurs à la Niki de Saint-Phalle, se distordent des formes à la Arman : un lieu unique, tout de pierre et de carrelage de récupération. Nous sommes devant l'antre de création de Taieb Ben Hadj Ahmed.

Sésame, ouvre-toi
Nous déclenchons une grosse cloche et l'artiste nous ouvre lui-même les portes de son royaume, un dédale de couleurs, de formes et de mouvements, 1600 m2 qui ont du mal à contenir l'expression de sa force créatrice. Une vie consacrée à la récupération de tous les matériaux devenus inutiles et orphelins, sans jugement sur leur noblesse ou leur modestie, pour nous offrir la magie de la transformation : l’énergie des réalisations de Taieb Ben Hadj Ahmed est comme un souffle qui renvoie à l’enfance, au jeu, aux sensations brutes.

La singularité comme liberté
Critique de la société de consommation ? Taieb Ben Hadj Ahmed répond : « Comme vous voulez. » A nous de comprendre ce que l'on accepte de recevoir. « Je prends des ordures, j'en fais de l'or », est son leitmotive. Lui qui n'a pas hésité à partir à 18 ans en Espagne et à Paris pour rencontrer Salvator Dali et Tinguely, lui qui a reçu des médailles et des prix un peu partout en Europe, se dit « autodidacte ». « Je fais ce qui me plait, ce qui me parle, je n’appartiens à aucune école. » Mais nous ne sommes pas dupes de son œil malin, cet artiste choisit l’école de l’art singulier, traversé de tous ses élèves libres. Il choisit de donner une âme aux choses inanimées.

Mireille Pena

Adresse: Dar Am Taieb,Cité Ezzahra Sousse

Tél. : 73 234 081
Ouvert tous les jours, 3 dinars l’entrée
Crédits photos : M. P.

( 5 Votes )

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir