Mille & 1 tunisie : Accueil Magazine L’oasis de Hazoua : quand toute une population travaille à l’amélioration de son environnement social, économique et écologique.




L’oasis de Hazoua : quand toute une population travaille à l’amélioration de son environnement social, économique et écologique.

Envoyer Imprimer PDF


Hazoua ne vous dit probablement rien. Pourtant cette oasis d’environ 5000 habitants, située à l’ouest de Nefta à la frontière tuniso-algérienne, mérite qu’on parle d’elle et de son projet de développement durable. Loin de la capitale, des débats politiques et de l’agitation démocratique, le projet de dattes équitables, biologiques et bio équitable Beni Ghreb (du nom des chefs traditionnels bédouins de l’oasis) est un vrai projet citoyen œuvrant au développement économique, social et environnemental de la région. Une action concrète qui redonne espoir !

Tout débute dans les années 1990 où le prix des dattes s’effondre. Les producteurs vendent leur production 0,8 dt le kilo. Ils ne peuvent plus survivre et abandonnent petit à petit la monoculture du palmier dattier pourtant principale culture et richesse de l’oasis. Devant ce constat alarmant, un projet d’agriculture biologique commence à se mettre en place. Il faut se spécialiser et trouver des déboucher à la production de dattes.

En 2002 le projet aboutit au développement d’une étroite collaboration entre producteur et exportateur qui travaillent ensemble à la promotion des dattes de Hazoua. A cette époque, les agriculteurs s’organisent entre eux au sein d’un Groupement de développement de l’agriculture biodynamique afin de résoudre les problèmes agrotechniques et commerciaux de leur production. Ce groupement GDABD est représenté par son conseil d’administration dont les membres, adhérents au groupement, sont élus démocratiquement par les autres membres.

En parallèle, une société exportatrice, la société Beni Ghreb (10 employés permanents et 90 ouvriers occasionnels), située également à Hazoua, travaille avec le groupement tout en se spécialisant dans le conditionnement, la commercialisation et l’exportation des deglet nour bio. Enfin le 3ème maillon de cette chaîne est une société importatrice et distributeur en Europe nommée Vita Terra AG.

Actuellement les dattes de Beni Ghreb possèdent 3 certifications : Fairtrade (certification de commerce équitable qui assure un revenu correct aux producteurs pour qu'ils puissent développer leur activité à long terme), biologique (mode de production agricole exempt de produits chimiques de synthèse) et Demeter (label d’agriculture bio-dynamique qui prend la nature dans son ensemble afin de produire des aliments sans entamer la capacité des générations à réaliser le même objectif voire même à améliorer cette capacité).

Le groupement des producteurs (GDABD) de Hazoua regroupent de nos jours 115 agriculteurs qui produisent en moyenne chaque année 800 tonnes de dattes qui seront vendues sur le marché local et exportées à l’étranger sous le label bio, équitable et biodynamique.

Toute la dynamique liée au projet des dattes de Beni Ghreb a permis de valoriser 1118 hectares de culture oasienne tout en respectant le sol et l’oasis. De plus ce projet a permis de diversifier la production (culture maraîchère complémentaire sous les palmier-dattier), d’utiliser efficacement et raisonnablement les ressources naturelles, de créer de l’emploi, d’améliorer les revenus et le bien être social des habitants (via la prime FLO, liée à la certification commerce équitable, des formations artisanales ont été payées aux femmes d’agriculteurs, des voyages culturelles ont été organisés…) et enfin de promouvoir l’écotourisme.

Mais, les agriculteurs et les ingénieurs agronomes de Hazoua n’ont pas l’intension de s’arrêter en si bonne voie. Un projet d’écotourisme est en court dans le cadre de la coopération tuniso-allemande. La petite unité devrait ouvrir ses portes dans le courant de l’année 2013. Un autre projet consiste à repenser l’utilisation et la récupération des eaux salines de l’oasis pour la culture de plantes fourragères et à compost en zone désertique. Limiter la désertification, développer l’élevage à Hazoua et améliorer la structure du sol, pauvre en oligo-éléments, via la fertilisation du compost seront les 3 conséquences directes de ce dernier projet.

Hazoua et les dattes équitables, biologiques et biodynamiques de Beni Ghreb illustrent parfaitement l’idée que, loin des discours démagogiques et bien pensants, une communauté humaine tunisienne pour répondre à ses besoins de survis et à l’amélioration de ses conditions de vie a pris son destin en main. Ce projet de développement durable qui a bénéficié aussi d’une convergence de rencontres humaines et de compétences porte sur l’économique, le social, le culturel et l’environnement de l’oasis. Souhaitons-lui une longue vie et surtout de faire des émules dans tout le pays !

AM

Pour en savoir plus :

Page Facebook

E-mail: benighreb@gmail.com

Tél.: (+216) 76 440 103 / (+216) 26 104 600

( 1 Vote )

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir